Skip to content

Le baptême est une nouvelle naissance

19 mars 2010

La Bible enseigne que le baptême régénère spirituellement, lave les péchés et fait entrer le baptisé dans la foi chrétienne.

Baptême de Paul

La Bible enseigne clairement que le baptême est plus qu’un symbole. Pierre déclare, le jour de la Pentecôte : «Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. » (Ac 2,38) et « c’est le baptême qui vous sauve à présent» (1 P 3,21). De même, Paul rapporte qui lui a été dit après sa conversion au Christ : «Pourquoi tarder encore ? Allons ! Reçois le baptême et purifie-toi de tes péchés en invoquant son nom » (Ac 22,16). Il écrit en Tite 3, 5 à propos de Jésus : «il nous a sauvés par le bain de la régénération ». Dans la lettre aux Romains, au milieu d’un long enseignement sur la justification, Paul déclare fermement :

Rom 6, 3-4 : « Ou bien ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c’est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle

Ailleurs en Col 2, 11-13, Paul considère le pardon comme l’une des conséquences du baptême. Il compare fréquemment le baptême à la Résurrection du Christ (cf. Rm 8,11; 1 Co 15,20–23), selon lui en effet, nous étions morts spirituellement (1 Co 15,22; Col 2,13) -tout comme Jésus était mort physiquement- avant d’avoir « été ensevelis avec lui par le baptême » (Col 2,12; cf. Rm 6,3–4). Après le baptême (parallèlement à la Résurrection) nous avons reçu une vie nouvelle, le pardon du péché originel (Rm 6,4; Col 2,13) et le Saint Esprit est venu demeurer en nous (Rm 8,11).

Un verset de l’évangile de St Marc donne un éclairage capital sur la nécessité du baptême : «Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé » (Mc 16, 16).

Certains réfutent cet enseignement de l’Église, en affirmant que Jn 3, 3-5 parle d’ « eau » de façon symbolique, comme d’une métaphore. Selon eux, Jésus parle ici d’un salut pour les « nés de nouveaux », l’eau représentant le Saint Esprit venant dans la vie d’une personne.

Considérons ce passage et comparons-le à d’autres passages scripturaires qui lui sont liés, selon le principe de « L’Écriture interprétée par l’Écriture » :

Jn 3, 3.5 : « Jésus lui répondit : ‘En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu’ … Jésus répondit : ‘En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.’»

Tite 3, 5 : « Il ne s’est pas occupé des œuvres de justice que nous avions pu accomplir, mais, poussé par sa seule miséricorde, il nous a sauvés par le bain de la régénération et de la rénovation en l’Esprit Saint

1 Co 6, 11 : « Mais vous vous êtes lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés par le nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu

Notons le triple parallèle qui est saisissant :

Jean : «entrer dans le royaume de Dieu » / Tite : «il nous a sauvé » / 1 Co : « vous avez été justifiés».

Jean : « naître d’eau» / Tite : «bain de la régénération » / 1 Co : « vous vous êtes lavés»

Jean : « naître d’eau et d’Esprit» / Tite : « rénovation en l’Esprit Saint» / 1 Co : «par l’Esprit de Dieu »

Les trois passages considérés ensemble prouvent que le baptême sauve, justifie, régénère, nous fait entrer dans le royaume et provoque la venue du Saint Esprit. Comme nous l’avons vu en 1 Co 6, 11, Dieu justifie et sanctifie : la seule chose que le croyant fait, c’est d’être « lavé » dans le baptême. Rien n’indique dans ce passage l’aspect de la foi, de la repentance ou de la fameuse « prière du pécheur ».

Et il en va de même avec Jn 3, 5 et Tite 3, 5. Dans les deux passages, Dieu nous sauve ou nous laisse entrer dans le royaume par le Saint Esprit. La seule chose que nous devons faire, c’est de recevoir le baptême. Cela n’implique pas que rien d’autre n’est requis ou que l’on ne peut pas perdre le salut reçu, mais cela montre que le baptême ne peut être séparé du salut et de la justification, et que, par la volonté de Dieu, il possède une puissance de salut et de grâce.

Publicités

From → Sacrements

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :