Aller au contenu principal

L’enlèvement

9 mars 2009
Cette doctrine, qui connaît un retentissement fulgurant aux Etats Unis, est de plus en plus acceptée dans les milieux évangéliques francophones. Les romans « Left Behind » s’appuyant sur cette vision de la fin des temps se vendent par dizaines de millions d’exemplaires de par le monde.  Le but de cet article est de donner le point de vue catholique, exposer brièvement la doctrine de l’enlèvement telle qu’elle est communément enseignée et enfin montrer en quoi elle est contraire aux Ecritures et par là même dangereuse.

La doctrine catholique de l’enlèvement.

Le mot « rapture », (« enlèvement » en anglais) vient du latin raptus utilisé par la traduction latine de la Bible (la Vulgate) qui traduit le terme grec harpazo qui signifie « enlever », « emporter ». Ce terme est utilisé en 1 Thess 4, 17: « après quoi nous, les vivants, nous qui serons encore là, nous serons réunis à eux et emportés sur des nuées pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons avec le Seigneur toujours. »

St Paul enseigne ici que les croyants qui seront vivants lors de la seconde venue du Christ ne connaîtront pas la mort. Au contraire ils seront glorieusement transformés et réunis (en étant enlevés) aux saints qui sont déjà avec le Christ. Cette interprétation catholique est aussi celle des chrétiens orthodoxes, de la plupart des protestants, ainsi que de beaucoup d’évangéliques.

Dans la suite de cet article, la terme « enlèvement » sera utilisé dans le sens donné par le dispensationalisme, exposé ci-après.

 La doctrine de l’enlèvement

Au 19ème siècle, les Etats Unis connurent une explosion de mouvements et de groupes divers centrés sur le retour du Christ (Adventisme). L’un de ces mouvements, le dispensationalisme, fondé par John Nelson Darby en 1830, proposa une interprétation étrange de la Bible. L’histoire du salut se diviserait en sept période distinctes ou dispensations, chacune ayant un rôle particulier dans le plan de Dieu. Nous nous attacherons ici seulement à deux aspects de ce système compliqué liés à l’enlèvement: la venue du Christ et la vision de l’Eglise.

Darby enseignait qu’à la première venue du Christ, la nation d’Israël le rejeta. Ainsi il s’est tourné vers les païens destinés au salut. Dans le même temps, il s’est temporairement détourné des juifs pour les punir. Ainsi faisant « l’horloge prophétique » a cessé de fonctionner. Toutes les prophéties et les promesses de l’Ancien Testament (AT) sont suspendues.

Lorsque le temps des païens sera accomplie (Lc 21, 24), Jésus reviendra en secret pour emmener l’Eglise (à savoir les croyants païens) au ciel. Les chrétiens seront alors enlevés pour rencontrer Jésus dans les nuées et retourner avec lui au ciel. Le but de l’Eglise sera alors achevé. Puis commencera une période de sept ans de tribulation et de destruction sur la terre, au cours de laquelle l’Antéchrist règnera. Après ces sept ans, Jésus reviendra publiquement et infligera une défaite à l’Antéchrist et à ses fidèles.

Les juifs accepteront alors le Christ comme leur sauveur et deviendront le peuple du royaume. Christ règnera littéralement mille ans sur terre (Ap 20, 4), à la tête de la nation d’Israël restaurée. De fait l’horloge prophétique d’Israël va de nouveau fonctionner et les prophéties de l’AT vont s’accomplir. Israël va rétablir la religion de l’AT avec ses rituels et ses sacrifices d’animaux. Ceci sera le royaume dont parle Jésus (Mt 4, 17; 16, 19; etc). Israël sera à nouveau le peuple du royaume, ayant toujours été le peuple élu par Dieu. L’Eglise était seulement un bricolage de dernière minute, une solution temporaire jusqu’à ce qu’Israël revienne dans le giron. Après la fin de ces mille ans, Satan sera relâché et rapidement définitivement conquis et ce sera alors la fin du monde.

Ce rapide survol explique la raison pour laquelle les dispensionalistes sont tellement centrés sur Israël et n’ont une grande appréciation de l’Eglise (vue comme un bouche trou temporaire). Ils interprètent la création de l’état moderne d’Israël comme l’évènement ayant fait redémarrer l’horloge prophétique. Dès lors l’Enlèvement est imminent…

Problèmes avec cette doctrine de l’Enlèvement

  • Une vision défectueuse de l’Eglise

Affirmer que l’Eglise est une improvisation destinée aux païens n’est pas biblique, pas plus que la notion que le royaume prêché par Jésus se réalisera dans l’avenir. En Mt 4, 17, Jésus affirme: « le royaume des Cieux est tout proche« . En Mt 16, 13-20, lorsque Jésus enseigne qu’il établira Son Eglise sur le Roc (st Pierre), il dit à ce dernier : »Je te donnerai les clés du royaume des cieux« .

L’Ecriture sainte appelle l’Eglise, le Corps du Christ (Eph 5, 23; Col 1, 24), la Nouvelle Jérusalem (Ap 21, 2 ; comparer Ap 21, 14 et Eph 2, 19-22), l’Epouse du Christ que Jésus épousera à la fin des temps (Ap 21, 9). Jésus a promis qu’il serait avec Son Eglise tous les jours jusqu’à la fin des temps (Mt 28, 20).

L’idée que l’Eglise est une simple phase avant la restoration d’Israël ne se trouve nulle part dans l’Ecriture. Pire encore elle contredit l’enseignement biblique très clair que le Royaume de Dieu est l’Eglise. Le Catéchisme précise: » Pour accomplir la volonté du Père, le Christ inaugura le Royaume des cieux sur la terre  » (LG 3). Or, la volonté du Père, c’est d' » élever les hommes à la communion de la vie divine  » (LG 2). Il le fait en rassemblant les hommes autour de son Fils, Jésus-Christ. Ce rassemblement est l’Église, qui est sur terre  » le germe et le commencement du Royaume de Dieu  » (LG 5). » (CEC n° 541). Ceux qui soutiennent cette doctrine de l’Enlèvement enseignent que l’Eglise catholique est la fausse religion qui va s’aligner avec l’Antéchrist, la Prostituée de Babylone (Ap 18)!

  • Une vision défectueuse d’Israël

L’Ancien Testament est accompli dans le Nouveau. Le sacerdoce de l’AT est accompli dans le sacerdoce du Christ. Les sacrifices de l’AT furent accomplis dans le sacrifice du Calvaire. Contrairement à ce qu’affirment les dispensationalistes, Dieu n’a pas deux peuples (Israël et l’Eglise) mais un seul! « Tous ceux qui croient au Christ, le Père a voulu les appeler à former la sainte Eglise ». Cette « famille de Dieu » se constitue et se réalise graduellement au long des étapes de l’histoire humaine, selon les dispositions du Père: en effet, l’Eglise a été « préfigurée dès l’origine du monde; elle a été merveilleusement préparée dans l’histoire du peuple d’Israël et dans l’Ancienne Alliance; elle a été instituée enfin en ces temps qui sont les derniers; elle est manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit Saint et, au terme des siècles, elle sera consommée dans la gloire » (LG 2). » (CEC 752). C’est pour cela que l’Eglise catholique s’est toujours comprise comme le Nouvel Israël (Ga 6, 16; Eph 2, 11-12), et le nouveau Peuple de Dieu (1P 2, 9-10) qui entre dans la Nouvelle Alliance donnée par Jésus (Heb 8, 8-13). Pour autant il n’y a pas de substitution: l’Eglise est Israël élargie aux nations. Jésus a accompli sa mission, »lui qui des deux peuples n’en a fait qu’un » (Eph 2, 14). Les païens sont greffés sur l’olivier d’Israël (Rm 11) en attendant que les juifs qui ont refusé de croire en Jésus le Messie et qui se sont coupé de l’arbre soient un jour à nouveau greffés.

Si la fondation de l’état d’Israël est un signe fort de la fidélité de Dieu et ne peut être considéré comme un fait anodin, il ne faut pas cependant lui attribuer une dimension messianique, ni évidemment souhaiter la reconstruction du Temple, ce qui serait nier le salut obtenu par Jésus sur la croix.

  • Une lecture défectueuse de 1 Thess 4

Aucun verset de 1 Thess 4 n’évoque une venue secrète de Jésus. Au contraire Paul parle de la résurrection des morts lors de la seconde venue du Christ. Afin de rassurer les Thessaloniciens, apparemment concernés par le fait que les chrétiens morts avant le retour de Jésus ne puissent pas participer à Sa triomphale venue, Paul enseigne que « les morts qui sont dans le Christ ressusciteront les premiers« . puis les chrétiens encore en vie les rejoindront et « ensemble avec eux…rencontreront le Seigneur dans les airs« . Alors « nous seront toujours avec le Seigneur« .

« Mais nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis, afin que vous ne vous affligiez pas, comme les autres hommes qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu amènera avec Jésus ceux qui se sont endormis en lui. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur: Nous, les vivants, laissés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. Car, au signal donné, à la voix de l’archange, au son de la trompette divine, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront d’abord. Puis nous, qui vivons, qui sommes restés, nous serons emportés avec eux sur les nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons pour toujours avec le Seigneur.  » (1 Thess 4, 13-17)

Paul enseigne clairement que tous les chrétiens rencontreront Jésus lors de sa deuxième venue. Il parle de l’avènement du Christ, pas de plusieurs venues. Cet avènement sera annoncé par la voix d’un archange et par le son de la trompette: pas d’enlèvement secret! Paul évoque ceux qui seront encore là; c’est-à-dire ceux qui ont survécu jusqu’à la fin du monde. Il n’est pasfait mention de sept ans de tribulation.

Encore plus important, il n’est pas fait mention d’un changement de direction de Jésus. Notons que Jésus « descendra du ciel ». Il viendra du ciel vers la terre. Paul ne parle pas d’un demi tour effectué après la rencontre des chrétiens dans les airs. Le verbe grec pour « rencontre » est apantesis. C’est un terme technique précis qui désigne la pratique antique des notables d’une ville qui sortait de l’enceinte à la rencontre du roi ou d’un grand dignitaire et l’escortaient dans son entrée dans la cité. Ils partageaient ainsi la gloire de l’arrivée du visiteur. Il est à noter que les citoyens quittent la ville, rencontrent le dignitaire et puis retournent avec lui dans la ville. Les citoyens changent de direction, pas le dignitaire qui continue vers sa destination. C’est exactement le sens d’apantesis utilisé dans la Bible. Mt 25, 6 décrit les cinq vierges sages qui sortent pour rencontrer (apantesis) le fiancé et qui l’accompagne pour retourner aux noces. Les vierges effectuent un demi tour, alors que l’époux continue dans sa direction. Ac 28, 15 décrit comment un groupe de chrétiens de Rome, apprenant la venue de Paul sortent de la ville pour le « rencontrer » (apantesis) et l’escorter de retour dans la ville.

Ainsi ici en 1 Thess 4, 17, il nous est dit que tous les chrétiens partiront à la rencontre (apantesis) de Jésus dans les airs. Puis nous ferons demi tour et escorterons notre Roi vers sa destination finale : la terre. Nous ferons partie du cortège triomphal du Christ, lorsqu’il viendra prendre possession de la terre et achever l’histoire du monde. Donc ici pas d’enlèvement des chrétiens au ciel, ni de demi tour du Seigneur…

Il faut aussi noter que le Nouveau Testament nous donne d’autres détails. En 1  Co 15, 50-58, Paul fait de nouveau référence à la génération qui ne mourra pas. Mais il ajoute le fait que le son de la trompette sera celui de la dernière trompette. La mort est vaincue « La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15, 54). Paul parle très clairement de la venue du Christ à la fin du monde : « Oui, je vais vous dire un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés. En un instant, en un clin d’œil, au son de la trompette finale, car elle sonnera, la trompette, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons transformés. » (1Co 15, 51-52)

Mt 24, 29-31 décrie le même évènement que 1 Thess 4 (voir le tableau plus bas). Or Mt 24 est considéré par tous les chrétiens comme faisant référence à la fin du monde : «Aussitôt après la tribulation de ces jours-là (…)alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme ; et alors toutes les races de la terre se frapperont la poitrine ; et l’on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire. Et il enverra ses anges avec une trompette sonore, pour rassembler ses élus des quatre vents, des extrémités des cieux à leurs extrémités. » (Mt 24, 29-31)

Puisque Mt 24 décrit la venue du Christ à la fin des temps dans les mêmes termes que 1 Thes 4, 13-18, alors les deux passages parle d’un seul et unique évènement : l’enlèvement se produit à la venue du Christ en gloire à la fin des temps. De plus cet enlèvement ne se produit pas avant la tribulation mais « aussitôt après ».

2 Thess 2 confirme cela en précisant que cet évènement se produira après l’apostasie (la rebellion) et la révélation de l’antéchrist : «à propos de la Venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui, (…)Que personne ne vous abuse d’aucune manière. Auparavant doit venir l’apostasie et se révéler l’Homme impie, l’Etre perdu,(…) Alors l’Impie se révélera, et le Seigneur le fera disparaître par le souffle de sa bouche, l’anéantira par la manifestation de sa Venue. » (2 Thess 2,1.3.8)

Tableau récapitulatif des quatre passages relatifs au même évènement : le retour en Gloire du Christ (à noter les parallèles entre 1 Thes 4, 13-17 et les autres passages)

1 Thess 4, 13-17 Mt 24, 29-31 2 Thess 2, 1.3.8 1 Co 15, 51-52
« l’Avènement du Seigneur » « le Fils de l’homme venant »  « la Venue de notre Seigneur Jésus Christ»  
« à la voix de l’archange»  « anges avec une trompette sonore»     
« au son de la trompette» « trompette sonore»    « elle sonnera, la trompette» 
«ceux qui sont morts dans le Christ ressusciteront »      « les morts ressusciteront» 
«emportés avec eux (…)à la rencontre du Seigneur »  « rassembler ses élus»  «notre rassemblement auprès de lui »   
« sur les nuées»  « sur les nuées»     
Quand est ce que cet évènement se produit ? « Aussitôt après la tribulation de ces jours-là»  « Auparavant doit venir l’apostasie et se révéler l’Homme impie, l’Etre perdu»  «au son de la trompette finale » 

 

  • Une interprétation défectueuse de Mt 24, 38-41

Les dispensionalistes prétendent que ces versets parlent d’un enlèvement secret. Or ces versets n’en font aucune mention : « En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé ; deux femmes en train de moudre ; l’une est prise, l’autre laissée.». Dans le passage parallèle en Lc 17, 22-37, Jésus utilise à nouveau l’exemple du déluge et celui de la destruction de Sodome pour mettre l’accent sur la soudaineté de son retour. Mais cela ne se passe pas dans le secret ! «Comme l’éclair en effet, jaillissant d’un point du ciel, resplendit jusqu’à l’autre, ainsi en sera-t-il du Fils de l’homme lors de son Jour. » (Lc 17, 24). L’éclair n’a rien de secret. Jésus dit que le jugement au temps de Noé et de Lot ne s’est pas produit sans avertissement préalable : « de même en sera-t-il, le Jour où le Fils de l’homme doit se révéler.» (Lc 17, 30)

Révéler, c’est l’inverse de cacher. Ce jour sera la venue dans la Gloire du Christ qui sera manifeste pour tous, tout comme le déluge, la destruction de Sodome et l’éclair. Certains essaient d’utiliser le déluge et la destruction de Sodome pour appuyer leur théorie que les justes sont enlevés alors que les impies sont laissés sur terre. Or, dans les deux cas ceux qui sont enlevés sont les impies (cf Lc 17, 37 où Jésus dit que ceux qui seront pris seront rassemblés dans un lieu de mort «là aussi les vautours se rassembleront » ). Ceux qui restèrent sur terre furent les justes ! Ces évènements enseignent exactement l’inverse de la doctrine de l’enlèvement.

  • Aucun support scripturaire et patristique

Si l’enlèvement secret était vrai, nous devrions avoir un enseignement explicite dans la Bible et dans les écrits des Pères de l’Eglise. Or l’Ecriture n’enseigne qu’un seul retour su Christ. La « venue » du Seigneur est toujours au singulier et fait référence à sa venue à la fin des temps. De même, les pères de l’Eglise ont toujours enseigné une seule venue du Christ à la fin des temps.

  • Ignorance de l’accomplissement du ministère public de Jésus

Il y a deux mille ans, Jésus a accompli notre rédemption, après trois ans de ministère public. Sur la croix, Jésus « sachant que désormais tout était achevé » dit « Tout est accompli » (Jn 19, 28.30). Pourquoi Jésus aurait-il besoin de revenir pour un autre ministère public, cette fois ci long de mille ans ? Que reste-t-il à accomplir ? Il a déjà déclaré : « J’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33). En 1944, le Magistère de l’Eglise catholique a condamné toute forme de millénarisme qui enseigne que Jésus retournerait pour régner visiblement sur la terre avant la fin du monde. Le Catéchisme réitère cet enseignement au numéro 676 

  • Ignorance d’Ap 13

Les tenants de la doctrine de l’enlèvement insistent sur le fait que les saints (les chrétiens) seront enlevés avant la manifestation de l’antéchrist et la tribulation. Or Ap 13, 7-8 dit que l’antéchrist (la Bête) mène campagne contre les saints sur la terre !

  • Méconnaissance de la souffrance

Les adhérents à la doctrine de l’enlèvement mettent l’accent sur le fait que les croyant seront pris pour que les épreuves de la tribulation leur soient épargnées. Or ceci est un manque de compréhension de ce que la Bible enseigne à propos de la souffrance, à savoir qu’elle est un privilège pour ceux qui suivent le Christ (Col 1, 24 ; Rm 8, 17-18) ; Jésus a dit ses disciples qu’ils auraient des croix à porter (Mt 16, 24) et qu’ils souffriraient dans le monde (Jn 16, 33). En Ac 14, 22, il nous est dit qu’« il nous faut passer par bien des tribulations pour entrer dans le Royaume de Dieu ». L’Ecriture sainte est claire : suivre Jésus, c’est partager ses souffrances.

Les premiers martyrs n’ont pas été enlevés, ni les millions de saints brutalement torturés par les communistes au 20ème siècle, ni nos frères chrétiens actuellement persécutés (certains crucifiés) actuellement au Soudan… Et Apocalypse 13 nous dit que les saints vivants lors de la Grande Tribulation ne seront pas enlevés non plus. Il semble que l’adhésion à cette théorie est une forme d’évasion du réel, adaptée à la mentalité moderne complaisante et rejetant toute valeur à la souffrance.

Pour résumer, nous avons vu que la doctrine de l’enlèvement est anti-biblique, ignore le rôle de l’Eglise dans le plan du salut, n’est apparu qu’en 1830 et est rejeté par l’immense majorité des chrétiens comme une bizarrerie excentrique.

Publicités

From → Enlèvement

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :